Σάββατο, 10 Οκτωβρίου 2009

Adolescence




Κυβέλου Ευαγγελία
Mcs Κλιν. Ψυχολογίας και Ψυχοπαθολογίας
Εκ.μέλος Ελληνικής Εταιρείας Ομαδικής Ανάλυσης και Οικογενειακής Θεραπείας

Adolescence (Εφηβεία)
Exposé au cours d’adolescence á UNIVERSITÉ DE NICE-SOPHIA ANTIPOLIS U.F.R. LETTRES ARTS et SCIENCES HUMAINES, Département de psychologie, mai 2002).


L’adolescence est la période qui sépare l’enfance de l’âge adulte. C’est l’étape entre le dernier stade de l’enfance et le premier stade de l’âge adulte ; ses limites sont floues.


L’adolescent n’est pas un enfant, ni un adulte.
C’est le moment de grandes transformations du corps, de l’esprit et des sentiments.La période d’adolescence est une phase cruciale de la vie du sujet. C’est une période clé où le sujet quitte l’enfance et s’approche au monde adulte.

A cause de cette séparation, l’adolescent fait un travail de deuil. Il fait ses adieux au monde infantile, il abandonne la sécurité de son environnement protecteur en se confrontant aux changements corporels et à la maturation sexuelle. Les pulsions inconnues jusqu’à ce moment, se reconnaissent. Le désir est là. Il est obligé de grandir, mais la peur de l’inconnu le préoccupe.




Anny Cordié dans son livre Les cancres n’existent pas écrit « J’ai vu des préadolescents pleurer réellement en évoquant le paradis perdu de la petite enfance ; il faut désormais compter avec la solitude, la responsabilité, travailler, avoir un métier, réussir. Cette peur est à la base des manifestations de la crise. »[1] Elle cite comme exemple les paroles du film Le Grand Bleu de Jean-Luc Besson : « Il donne envie d’embrasser une dernière fois la mer et de s’endormir ». Cordié les interprète : « du retour au sein maternel et l’endormissement mortel »[2] La dépression est un état que chaque adolescent connaît. C’est le moment du détachement du premier objet d’amour qui est la mère, pour investir sa libido à un nouvel objet d’amour.L’adolescence ressemble à une seconde naissance. Par moments, elle donne à l’adolescent l’impression de mourir. Il faut quitter peu à peu la protection familiale et sortir au monde. L’idéal parental, qui a fonctionné jusqu’à ce moment comme cause de la motivation de l’enfant, change et cette place est occupée par des idéaux hors de l’environnement familial.« L’enfant accomplira les rêves de désir que les parents n’ont pas mis à exécution, il sera un homme, un héros à la place du père ; elle épousera un prince »[3] La satisfaction narcissique des parents est devenue le but de sa propre satisfaction. Mais les transformations corporelles, pulsionnelles, libidinales et relationnelles qui interviennent à l’adolescence bouleversent cet équilibre initial et imposent des modifications psychiques. C’est une situation paradoxale ou l’adolescent vit comme n’étant pas pareil qu’avant.[4] Les parents d’adolescents affrontent beaucoup de difficultés à cause du fait qu’ils se trouvent face à un état entièrement nouveau. Leur enfant doux est transformé à une personne qu’ils ne sont pas capables de comprendre. L’adolescent fait une demande paradoxale à sa famille. Il s’exprime en disant : essayez de m’entendre même si vous ne me comprenez pas, répondez à mes questions sans rien me demander. Il est vrai que l’adolescent n’a pas de réponse. Il essaye de comprendre qu’est-ce qui lui arrive. Les parents doivent être flexibles avec les adolescents mais, avec des limites. L’adolescence est une révolution, qui ne peut pas arriver sans attaques ni sans querelles. Les parents ne doivent pas éviter les débats avec l’adolescent car ceci sera une preuve, aux yeux d’adolescent, que les parents prennent en compte ce qui lui arrive.
Enfin, la société et l’adolescent sont toujours en lutte. Le group dominant, les sujets de l’âge adulte, ne veut pas concéder aux jeunes hommes les droits qu’ils revendiquent. Le «savoir» des adultes vient face à la «nouveauté» des adolescents.
Les sociologues déclarent que l’adolescence est un «danger public».
Les anthropologues assurent que «l’adolescence n’existe pas» comme croissance biologique universelle mais c’est un produit des sociétés occidentales.
Essayons d’appréhender donc, le concept d’adolescence à travers le temps et les différentes époques de ces sociétés.



Notes
[1] Cordié A., Les cancres n’existent pas, Seuil, Paris, 1993, p. 279.
[2] Idem.
[3] Freud S., «Pour introduire le narcissisme» [1914], in La vie sexuelle, P.U.F., Paris, 1969, p. 96.
[4] Moraguès J.L., «L’archère qui ne pouvait « lâcher» sa flèche», in Adolescence, GREUPR, Paris, 1998, p.93-95.


Bibliographie
Ariès P., L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Plon, 1960.
Cloutier R., Psychologie de l’adolescence, Paris, Gaetan Morin, 1982.
Cordié A., Les cancres n’existent pas, Paris, Seuil, 1993.
Freud S., « Pour introduire le narcissisme »{1914}, in La vie sexuelle, ParisP.U.F., 1969.
Huerre P.et le Foum J.Y., « L’adolescence ou la légende du siècle » in L’adolescence dans l’histoire de la psychanalyse, C.I.L.A., Paris, 1996.
Moraguès J.L., «L’archère qui ne pouvait « lâcher» sa flèche», in Adolescence, GREUPR, Paris, 1998.


Pages similaires

Sigmund Freud et l’adolescence

http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/10/sigmund-freud-et-ladolescence.html
Le déclenchement psychotique pendant l’adolescence
http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/02/le-declenchement-psychotique.html 
Le concept d' adolescence dans l' histoire

Σχέσεις εφήβων με γονείς, φίλους, κοινωνία

Δεν υπάρχουν σχόλια: