Πέμπτη, 6 Ιανουαρίου 2011

LA PERCEPTION DE LA MUSIQUE


LA PERCEPTION
DE LA MUSIQUE
Une approche Bio-psycho-social

Kyvelou Evangelia [2001]
MSc Psychologie Clinique et Pathologie



Magritte


AVANT PROPOS

L'homme est une unité.

Toutes les recherches sur le comportement humain nous ont emmenés d’admettre que l’homme est une unité Bio-psycho-social et c’est comme tel qu’il faut l’examiner.

Selon ce point de vue, Jean Caston dans son livre, «Psychophysiologie» souligne que le comportement humain est donc un ensemble d’actions qu’il n’est pas possible de limiter au seul aspect biologique, mais pas plus qu’il ne possible de le restreindre aux seuls domaines psychologique et socioculturel.

Chaque doctrine se focalise à un aspect particulier de cette unité et s’associe avec les autres pour percevoir globalement le comportement humain et répondre aux questions acquises.

D’autre part, la musique est l’art de combiner les sons dans une unité harmonique.Le sujet que nous allons vous exposer est une première approche à la perception humaine de la musique. On essayera d’éclaircir, au niveau physiologique, le fonctionnement du cerveau humain pendant une audition et exposer les interventions psychologiques à l’aide de la musique, comme ils sont proposés par la musicothérapie.


TABLE DES MATIERES

AVANT- PROPOS

INTRODUCTION

    Le son, l'ouïe et la perception de la musique.



CHAPITRE I
   
   Le son
   Les instruments et les cordes vocales.

CHAPITRE II
AU NIVEAU PHYSIOLOGIQUE
   
   L’oreille et la transmission du signal au cortex cérébral
   Les deux hémisphères cérébraux font-ils les mêmes fonctions par rapport la musique?

CHAPITRE III
AU NIVEAU PSYCHOLOGIQUE

   Introduction à la musicothérapie
   Quelle est le rapport d’homme à la musique?
   La méthodologie de musicothérapie
  1. Le diagnostique
  2. La thérapeutique
CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE





INTRODUCTION


Le son, l’ ouïe et la perception de la musique


L'ouïe est une façon d’accueillir les informations que nous recevons par l’environnement qui nous entoure.
Quand on réagit à un stimulus sonore, on admet qu’on entend. Par conséquent l'ouïe a deux composants fondamentaux: le son et la perception de ce stimulus.
La Psycho-acoustique est la doctrine qui recherche la relation entre la qualité physique du son et les conséquences comportementales, qui sont liés à ce stimulus.
Ces relations sont compliquées et ils dépendent des différences facteurs comme les facteurs physiques qui sont mesurables: la fréquence, l’intensité, la durée et les phases périodiques. Autres facteurs sont l’espace (exemple la forme et la dimension d’une salle de musique), l’environnement (comme la température et la pression atmosphérique), les véhicules de propagation (solides, liquides, gazeux). Touts ces facteurs sont reliés aux états psychosomatiques du sujet.
Un facteur qui rend difficile la compréhension de la perception du son, est la difficulté d’observation des nerves auditifs par rapport à leurs positions et le nombre des nerves intermédiaires qui intervient entre le nerf auditif et le cortex cérébral.
Dans cet exposé nous présenterons la nature des caractéristiques du son, nous exposerons quelques éléments qui concernent la perception de voix et de la musique, nous examinerons la physiologie de l’oreille humaine et la propagation du stimulus sonore par le Système Nerveux Central (S.N.C).


CHAPITRE I
Le son

Source:
 http://www.ac-creteil.fr/lycees/94/jmacevitry/tpemeuh/dossier%20tpe%20finaleeeeeeeee.htm

Le son est un vague de pression d’air, c’est à dire un enchaînement des densités et des éclaircissements d’air, crées par des corps physiques qui vibrent (cordes vocales, instruments musique e.t.c.) et qui est propagé vers l’oreille.
Les caractéristiques fondamentales du son qu’on peut mesurer sont: l’intensité (fort ou faible) qu’est liée à l’amplitude de la vibration (mesuré par décibels), la hauteur (grave ou aiguë) liée à la fréquence de la vibration (mesuré par Hertz ou cycle par sec.) et la duré du temps. [Figure I]







Le son provenant de n’importe quelle source, peut être décrit sur un diagramme qui a comme axes, le temps et la pression ou comme une``Transformation Fauvier``.
La méthode Fauvier est utilisée pour l’analyse des sons ``complexes`` qui se constituent d’un certain nombre d’ondes sinusoïdales, superposés entre eux. Un son qui se constitue par une seule vibration sinusoïdale s’appelle un son «pur».
Quand les ondes sonores sont périodiques, ça veut dire que les différences de pression sont répétitives.
La fréquence la plus base d’un son complexe constitue le son fondamental et les fréquences qui sont des multiples entiers de cette fréquence, nous les appelons ``harmoniques``. Un son constitué par des fréquences sans périodicité on le reconnaît comme ``bruit` ou ``confus``.
Il faut noter qu’il existe une intensité minimale, qui s’appelle ``seuil`` de la stimulation, au-dessous de laquelle l’oreille humaine ne réagit pas. [Figure II,III]







Un son peut être distinguer par son timbre. Le timbre est la qualité du son qui nous permet de comprendre la distinction entre deux sons de même intensité, hauteur et la même durée. Exemple, la distinction entre le son d’une viole et d’un violon ou entre une flûte et un hautbois.
Autres facteurs qui jouent un rôle important à la compréhension du son,
comme on a déjà vu dans l’introduction, sont la destination du son dans l’espace, l’ombre (masking) du son, et la morphologie de l’espace (salle de la musique e.t.c.) ,

Les instruments et la corde vocale


corde vocale
Les sons de la musique différencient par rapport à leur complexité. Ils peuvent s’étaler des sons presque sinusoïdaux d’un seul instrument ou d’une corde vocale, jusqu’aux sons complexes d’un orchestre.


Chaque corde vocale et chaque instrument ont des caractéristiques différents.



Les instruments à cordes comme le violon, la viole, le violoncelle, la harpe, produisent des sons harmoniques par l'agrandissement ou la diminution de la taille de leurs cordes.


Les instruments à vent sont en bois ou en bride et leur son est coordonné dans le tuyau. La coordination est liée à la grandeur du tuyau et ça dépend par le nombre des ouvertures de ce tuyau.




Les sons vocaux sont crées par la vibration des cordes vocales, qui se vibrent à cause de l’air expiré par les poumons.



source: http://eljojo.free.fr/Dreamtime/respiration.htm


















CHAPITRE II

AU NIVEAU PHYSIOLOGIQUE
L’oreille et la transmission du signal au cortex cérébral
Le son arrive comme vibration aux oreilles qui sont des (mécano)récepteurs d’audition.

1. Conduit auditf externe
2.Membrane tympanique
source: http://dangersduson.free.fr/oreille.htm

L’oreille inclut trois parties: L’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.



L’oreille externe est formée du pavillon, destiné à capter les vibrations sonores et du conduit auditif, qui conduit la vibration jusqu’au tympan. Le tympan forme le fond du conduit auditif. C’est une membrane souple et élastique qui se déforme sous l’action de la pression sonore et qui vibre à la même fréquence que celle du son.



source:
 http://dangersduson.free.fr/oreille.ht


Ces vibrations sont transmises à l’oreille moyenne. L’oreille moyenne est une cavité qui renferme trois osselets remplies d’air: Le marteau, l’enclume et l’étrier. Le marteau est solidaire du tympan, et il est articulé avec l’enclume et l’étrier. Les osselets sont reliés les uns aux autres de façon souple et sont maintenus en place par des muscles qui lorsqu’ils se contractent, bloquent leurs articulations, ce qui rend la chaîne des osselets rigide. Les vibrations atteignent, par l’intermédiaire de la fenêtre du vestibule (membrane sous l’étrier), l’oreille interne.





source:
 http://dangersduson.free.fr/oreille.htm
L’oreille interne ou labyrinthe est constitué d’une partie osseuse (labyrinthe osseux) remplie d’un liquide dans lequel baigne le labyrinthe membraneux qui inclut les organes vestibules (équilibration) et l’organe auditif ou cochlée.








Les cellules ciliées sont disposées tout au long de la spirale du canal cochléaire 
source: http://dangersduson.free.fr/oreille.htm


La cochlée contient l’organe de Corti. Les cellules ciliées de l’organe de Corti sont en contact synaptique avec des terminaisons nerveuses afférentes. En se propageant jusqu'à la base de cellule ciliée, le potentiel de récepteur provoque l’ouverture des canaux calcium.



Source:http://www.vetopsy.fr/sens/audi/audi_voies1.php 


En suite un flux d’ions Ca++ entre et détermine la réunion des vésicules synaptiques à la membrane basale de la cellule ciliée et libère des neurotransmetteurs par exocytoseCe flux se fixe sur le récepteur et détermine la naissance d’une dépolarisation qui provoque les potentiels d’action. En suite une augmentation de la libération de neurotransmetteurs et de la fréquence de potentiel d’action dans le neurone transmet les sensation au cerveau, par l’intermédiaire du neurone auditif (le VIII nerf crânien).
Les fibres du neurone se projettent dans le Bulbe.


Source:
http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_10/i_10_cr/i_10_cr_lan/i_10_cr_lan.html

Le cortex auditif primaire est situé essentiellement au fond de la Scissure de Sylvius et s’associe avec les régions auditives associatives.

Les aires fonctionnelles du cerveau
Source: http://www.colvir.net/prof/chantal.proulx/BBQ/syst_nerveux.html

Les aires sensorielles primaires interviennent dans la genèse des sensations.

Répartition du corps dans l'aire somesthésique primaire
Source: http://www.colvir.net/prof/chantal.proulx/BBQ/syst_nerveux.html

Les airs associatifs (dites «zone de convergence heterosensorielle» ) sont impliqués dans la fonction «gnosique» sous laquelle elles sont regroupées les activités cognitives de la perception: la reconnaissance du son, son éventuelle mis en mémoire ou son association avec les autres sensations, comme par exemple la vision.

Au cas ou le sujet veut réagir au stimulus du son ( de la musique) par une réponse gestuelle (exemple danse), les aires psychomotrices, qui sont responsables de la programmation et la réalisation des gestes complexes, organisent et exécutent le mouvement. Les aires motrices sont responsables de mouvements simples (exemple mouvement de pied.)





Les deux hémisphères cérébraux font-ils les mêmes fonctions par rapport la musique?

Source:
 http://kindermusikcambridgekw.blogspot.com/

La musique est un langage oral. La communication orale, dans toute sa richesse et sa complexité, fait intervenir de toute évidence les compétences complémentaires de deux hémisphères cérébraux.
Juan de Mendoza dans son livre ‘‘Deux hémisphères un cerveau’’ note à propos de ce sujet:… dans le domaine de la perception des objets, si on peut admettre que la détection d’une forme dans le champ perceptif et sa saisie perceptive global font intervenir préférentiellement l’hémisphère droit, l’activité cognitive ne s’arrête pas à cette phase initiale. Pour identifier une forme, l’individu possède des connaissances préalablement acquises et stockées dans sa mémoire, grâce aux-quelles il peut interpréter la forme comme correspondant à celle d’un objet connu, ou inconnu, dans un contexte donné. Cette identification consiste le plus souvent un étiquetage verbal, qui fait appel à l’hémisphère gauche.


Source:
http://radetsante.ibelgique.com/old-newsletter/news-rs_22.htm

 Les résultats montrent que, chez les non –musiciens, les mélodies sont mieux reconnues lorsqu’elles sont traitées par l’hémisphère droit. En revanche, on observe le phénomène inverse chez les musiciens, dont l’hémisphère gauche se révèle plus efficace.

Ce phénomène s’explique par le fait que les musiciens traitent la mélodie en la décomposant en éléments (notes) et analysent les rapports entre les notes, tendis que les non-musiciens reconnaissent un contour musical, une forme mélodique globale. 




Source: http://www.ac-grenoble.fr/savoie/mat/group_de/domaine/cerveau.htm

En conséquence la perception de la musique est un œuvre de tous les deux hémisphères cérébraux, mais chacun réalise une fonction différente.



CHAPITRE III

AU NIVEAU PSYCHOLOGIQUE

Introduction à la musicothérapie

Le contacte à la musique est une expérience pro-genitale .
Le son est une des premières expériences sensorielles dans la vie embryonnaire.







Le fœtus est au contacte avec le rythme cardiaque de sa mère, le rythme de sa respiration etc. Il les perçoit comme son rattachement à la vie, parce qu’il subit les conséquences à tous les changements de rythme cardiaque ou respiratoire de sa mère.






Pendant la vie embryonnaire, les stimulus que le fœtus perçoit sont environ 72 battements par sec. Ça veut dire le rythme cardiaque de la mère. Cette fréquence de 72 battements par sec. s’inscrit à la mémoire de fœtus comme une fréquence qui assure sa vie et comme telle il l’accompagne pendant toute sa vie.

C’est pour cette raison que dans la thérapie des patients psychiques on peut utiliser cette fréquence des sons pour les calmer.




Dr. Alfred Tomatis, 1957
Mr.Tomatis, un chercher français, utilise des sons et spécialement des voix humaines, filtrées par un milieu liquide, pour la thérapie de problème dyslexique.
Une autre thérapie basée sur la même théorie implique une méthode analogue pour la communication avec des patients autistiques. Comme ces patients sont proches au psychisme embryonnaire, on peut trouver de cette façon, une certaine communication avec eux.



Quelle est le rapport d’homme à la musique ?

La musiquothérapeute française Edith Lecour, par son expérience clinique, résume de façon suivante, les différentes manières qu’une personne peut écouter la musique de façon suivent:
- Comme une sensation de liberté, une issue de libération d’un monde rationaliste.
- Comme une issue à l’imaginaire ! (A l’aide de la musique le sujet peut créer des images, jouer avec eux ou construire des histoires.)
- Comme une façon d’expression !
- Comme un art, a travers la quelle le sujet peut sentir l’idéal de beauté !
- Comme une dépendance!
- Comme une expression humeur!

La méthodologie de musicothérapie

La méthodologie de musicothérapie peut être diviser à deux étapes successives: Le diagnostique et la thérapie.
  1. Le diagnostique.
Au niveau diagnostique le musiquothérapeute pose des questions qui lui permet de découvrir le rapport du sujet avec la musique et les instruments qu’il préfère.
Parallèlement il examine les associassions que le sujet crée entre les bruits de sa vie quotidienne et ses souvenirs et il apprend les images que le sujet attribue aux sons différents.
Le thérapeute provoque les réponses non seulement au niveau oral mais aussi au niveau gestuel ou des desseins.
Toutes ces informations lui permettent de construire le profil musical du sujet.
Les réponses émotionnelles envers la musique dépendent de plusieurs facteurs. Les plus fondamentaux parmi eux sont: Les caractéristiques de la personnalité du sujet, son éducation (un musicien a un coté critique pour la musique, alors ce n’est pas si facile d’être influencé par elle), l’environnement socioculturel, l’environnement héréditaire.
L’humeur de la personne pendant la séance est aussi importante.
  1. La thérapie
Le thérapeute provoque un déclenchement des sentiments de la part du patient et de cette manière il ouvre un canal de communication.
L’interaction musiquothérapeute – patient est basé sur un ``dialogue sonore``. Cette interaction excite la réminiscence du patient et un tas des sentiments repoussés à l’inconscient réapparaissent à nouveau: traumas, phobies, désirs, rêves.
Le thérapeute essaie de mettre en place les sentiments refoulés et remettre en mouvement les sensations dormantes.
En conséquence le patient établit à nouveau son association à la communauté.

CONCLUSION


Dans ce dossier, on a étudié brièvement l’approche actuelle de la Psychophysiologie sur la perception humaine de la musique et on a reconnu le fonctionnement acoustique en trois termes: stimulus, sensation, perception.
On a expliqué le traitement des sensations par le Système Nerveux Central, à l’aide des zones sensorielles qui sont responsables des sensations et les zones associatives qui sont responsables pour la perception.
La perception est un fonctionnement global de tous les deux hémisphères cérébraux. Elle est composée par des perceptions partielles, focalisées aux endroits différents de la zone associative (L’hémisphère cérébral gauche est responsable pour la forme et l’hémisphère droit pour la forme et le rythme)
Les sensations et la perception sont mise en mémoire. Sensations, perception et mémoire s’associent entre eux (exemple: son – image).
On a aussi présenté, l’approche des musicothérapeutes, qui tentent de reconstruire ces associations (des sens avec les souvenirs et des sens entre eux) aux personnes auxquels elles ont été affaiblies. Cet effort est capable d’emmener la personne concernée de communiquer avec son environnement, à la mesure de ces capacités, et devenir créative.
La musique peut être alors un espace communicative pour l’évolution psychique humain et plus spécialement pour les personnes qui ont des problèmes de communication orale.

BIBLIOGRAPHIE
Caston, J. ‘‘Psychophysiologie’’, Ed. Ellipses, 1993.
Ducourneau, G. ‘‘Introduction a la musicothérapie’’, Ed. Privat, 1982.
Mendoza, J. ‘‘Deux hémisphères un cerveau’’, Ed. Dominos, 1996.
Prinou, L. ‘‘Musique et psychologie’’, Ed. Thimari, 1989.
Rosenfield, I. ‘‘L’invention de la mémoire’’, Ed. Eshel, 1989.
Tomatis, A. ‘‘L’oreille et le langage’’, Ed. Seuil, 1964.

La danseuse semble se déplacer vers la droite ou  la gauche, selon la partie du cerveau que nous utilisons à cet instant. 
Source: http://ririfleur.centerblog.net/rub-Illusions-d-optique-trompe-l-oeil.html



Pages 
intéressantes dans le même blog:
Etiologie des névroses
http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/10/etiologie-des-nevroses.html
Le déclenchement psychotique pendant l’adolescence
http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/02/le-declenchement-psychotique.html
Le stade de miroir et l’image inconsciente du corps
http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/10/le-stade-de-miroir-et-limage.html
http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/10/freud-klein-bion-lacan-winnicott.html
http://e-psychotherapia.blogspot.com/2010/09/blog-post.html

Get Out

Δεν υπάρχουν σχόλια: