Σάββατο, 2 Οκτωβρίου 2010

Le stade de miroir et l’image inconsciente du corps


Le stade de miroir et l’image inconsciente du corps.
Kyvelou Evangelia [2000]

MSc Psychologie Clinique et Pathologie


Selon Jacques Lacan, la première identification de l’enfant se fait à une image, à l’image de lui-même qu’il voit dans le miroir . C’est une identification à l’image du corps. Ça s’effectue entre le sixième et le dix-huitième mois est c’est très important à la construction du je –idéal.
Cette première identification a lieu quand l’enfant est encore totalement dépendant de sa mère et son Moi n’est pas encore construit.
La relation entre l’enfant et son image dans le miroir est connue de l’époque de Baldwin. L’environnement reflété et le redoublement jouent un rôle déterminant dans la relation postérieure du sujet avec la réalité.
J. Lacan a approché les observations de Baldwin en introduisant le concept d’imago. L’imago est un schéma imaginaire à travers duquel le sujet considère la notion du Je et de l’autre. L’imago n’est ni un reflet réel déformé, ni la déformation de la réalité. C’est quelque chose en plus de la déformation de la réalité. L’imago par conséquent, renvoie à l’imaginaire, non pas à la réalité mais à la «réalité psychique».
Le processus du stade de miroir est la suivant : au début, l’enfant est confus. Il ne peut pas distinguer son existence des autres. Il est semblable aux autres. Plus tard, l’enfant découvre que son image n’est pas lui-même mais seulement une image. De cette façon, il établit une relation symétrique entre son corps et l’image. A partir de ce moment là, une cohérence entre son image et son corps est installée et donc, il acquit une reconnaissance imaginaire de lui-même. «La fonction du stade du miroir s’avère pour nous dès lors comme un cas particulier de la fonction de l’imago, qui est d’établir une relation de l’organisme à sa réalité –ou, comme on dit, de l’Innenwelt à l’Umwelt.»
Le développement de l’enfant est vécu comme une « dialectique temporelle » Le stade du miroir est un drame pendant lequel le sujet est prisonnier d’hallucination.
L’enfant conçoit son corps en tant que « morcelé » , lequel apparaît « sous la forme de membres disjoints » . Le sujet psychotique est fixé au stade du miroir. Le sujet psychotique voit dans le miroir ou dans les images ou même aux personnes tiers des figures déformées ou morcelées.
Selon Françoise Dolto, c’est grâce à l’image du corps croisé au schéma corporel que nous pouvons communiquer avec autrui. L’image de notre corps est toujours inconsciente et elle se constitue d’une image de base, d’une image fonctionnelle et d’une image des zones érogènes qui expriment les tendances des pulsions . C’est à travers les paroles et le regard de la mère que l’enfant arrive à former l’image de son corps dans le miroir et donc construire la cohérence corporelle avec cette image . Ensuite il reconnaît cette image et il lui donne son nom comme sa mère avait fait la première fois qui ils se sont regardé dans le miroir.
L’âge pubertaire est typiquement l’âge de transformation corporel. L’adolescent vient face à l’image inconsciente du corps. Dans les états psychotiques, le « schéma corporel » se sépare de l’image du corps, crée comme un clivage de l’espace et du temps, en créant des hallucinations de déformations du visage ou du corps. Nous citons F. Dolto : « La plupart des enfants que les psychanalystes ont à voir après la phase de latence et au début de la puberté sont des enfants qui manquent de moyens créatifs, de ceux qu’auraient pu leur faire découvrir les castrations de leurs désirs aux stades archaïques de leur développement. (…) C’est quelquefois aussi des enfants qui ont subi tôt une mutilation de leur image du corps, à l’âge du stade du miroir. Ce sont alors des enfants dits psychotiques, inadaptés. »



Bibliographie
Dolto, F. L’image inconsciente du corps, Paris, Seuil, 1984.
Lacan, J। «Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je» (1949), in Écrits, Paris, Seuil, 1966.

Φωτογραφία:Pablo Picasso
http://www.instituto-picasso.com/learn-spanish/picasso.htm

Δεν υπάρχουν σχόλια: